Droit de mourir dans la dignité

Même si les lib
ertés de fin de vie sont encore loin d’être acquises, la loi Leonetti-Claeys a quand même le mérite (maigre) d’avoir clarifié les directives anticipées : elles sont désormais valables indéfiniment et s’imposent au médecin (en théorie au moins … en pratique il peut s’y opposer dans certains cas) . Pour rappel, toute personne majeure peut remplir ses directives anticipées pour le cas où elle se trouve un jour hors d’état d’exprimer ses volontés concernant sa fin de vie (affection incurable, accident grave entraînant une dégradation irréversible des facultés).
 
Il existe toutefois un déficit d’information important sur ces directives, en dépit du travail d’associations comme l’ADMD (Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité) : trop peu de Français connaissent aujourd’hui leur existence. Pourtant, ce déficit serait relativement facile à combler : on peut imaginer qu’elles soient mentionnées aux lycéens lors de la Journée défense et citoyenneté (ex JAPD) ou que les médecins aient l’obligation de proposer des formulaires vierges. La question de la conservation des directives anticipées est également fondamentale : un véritable fichier national des directives anticipées est nécessaire.
 
Pour télécharger et remplir vos directives anticipées, cliquez ici.
Parlez en à vos proches et devenez acteur de leur liberté !
Par Christophe Michel, secrétaire général de l’ADMD , co-responsable des Jeunes ADMD
Christophe Michel

Christophe Michel

Invité du lib-lab

Secrétaire Général de l’ADMD, Co-responsable des Jeunes de l’ADMD